Background Image

L’abbaye enrubannée

Post Image
04 décembre

L’abbaye enrubannée


Il faudra un peu plus de deux ans pour voir l’aboutissement de la deuxième tranche de travaux de la réfection des pierres de l’église abbatiale de la Trinité de Fécamp.La première tranche de ce gigantesque chantier de restauration a nécessité trois ans pour les travées 7 à 12 ; cette nouvelle tranche concerne les travées 1 à 6 de la façade sud, mais n’inclut pas le porche dont l’intérieur sera simplement nettoyé.« Ce chantier pharaonique nécessitera au moins 25 ans pour tout revoir », s’exclamait le directeur des affaires culturelles à la Ville de Fécamp, Dominique Heuzé, qui suivait ce jour-là une visite de chantier avec l’architecte en chef des Monuments historiques, Régis Martin, et M. Omont de l’entreprise de maçonnerie-pierre de taille TERH Monuments Historiques de Vernon. 

Maquette pédagogique

Cette visite a permis de mettre un point final à toute la préparation du chantier qui a vu l’édification d’un immense échafaudage sur l’ensemble des six travées. Avant que ne commencent les travaux proprement dits au début de l’année 2015, une maquette tactile de l’édifice sera mise en place dans l’une des cryptes de l’abbatiale afin de montrer concrètement aux différents partenaires l’évolution des travaux.

« Cette maquette aura également un but pédagogique, les services du patrimoine auront la possibilité de l’utiliser avec les groupes scolaires qui viennent régulièrement suivre des ateliers sur le Moyen Âge. Les élèves pourront manipuler les volumes mettant en évidence les différentes périodes de l’édification de l’abbatiale. »
Différents corps de métiers seront donc à pied d’œuvre dès le mois de janvier. Ils seront assez discrets derrière ces grandes bâches blanches, d’autant qu’ils ne seront que deux à quatre personnes sur place, suivant l’avancée des travaux. On y trouvera en tout premier lieu les tailleurs de pierre, mais également les sculpteurs des Ateliers Mainponte de Nanterre ; les charpentiers des Métiers du Bois de Bretteville-sur-Odon ; les couvreurs de la SARL Boutel Man Gestion de Rouen ; les ferronniers de la société Blondel Métal de Franqueville-Saint-Pierre et les vitriers de la Société Vitrail France.On se souvient de la mésaventure arrivée aux vitraux de la première tranche de travaux suite à l’incendie de l’Atelier Courageux de Crèvecœur-le-Grand. Refaites à l’identique, les verrières étaient remises en place en juin 2012.À cela s’ajoute la réfection de la verrière de la façade ouest dont le diagnostic technique est effectué par Régis Martin. Ce vitrail représentant La Trinité a été réalisé par le maître verrier rouennais Boulanger et offert par le président de la Fabrique de la paroisse en 1883.Le chantier de restauration est une opération inscrite dans le contrat de plan Etat-Région. Il est mené sous la conduite de l’architecte des Monuments historiques. La commune de Fécamp, maître d’ouvrage, propriétaire de l’édifice, a fait appel à différents financements pour mener à bien l’opération de restauration dont le coût s’élève à 1 636 000 € HT : État 736 200 € HT ; Région Haute-Normandie 327 200 € HT ; conseil général de la Seine-Maritime 245 000 € HT ; commune de Fécamp 327 200 € HT. Watch Full Movie Online Streaming Online and Download